religieux

Les Salésiens, une congrégation fondée par Jean Bosco

Don Bosco se place sous la protection de saint François de Sales et, en 1859, il fonde une société qu'il nomme les Salésiens. Son but : "S'essayer à l'exercice pratique de la charité".

Jean Bosco naît en 1815 dans une famille de paysans du Piémont. Son père meurt deux ans plus tard, sa mère reste seule à s'occuper de la grand-mère, impotente, et des trois enfants.

A l'âge de 9 ans, Jean fait un songe dans lequel une multitude d'enfants blasphémant se transforment en animaux sauvages, puis en agneaux, sous l'effet de la douceur et de la charité. Il rapporte à ce propos qu'une voix lui a parlé : "Ce n'est pas avec des coups, mais avec la douceur, que tu gagneras leur amitié".

Ce songe marquera la suite de son existence puisque sa conviction devient alors d'être un jour prêtre. Le jeune homme brave sa condition sociale, et, à 19 ans, entre au séminaire pour être ordonné prêtre cinq ans plus tard.

Un bon patronage

Il part poursuivre ses études à Turin, ville en pleine révolution urbaine et industrielle. Il y fait la rencontre de Barthélemy Garelli, adolescent en déroute. La rencontre s'avère décisive pour le début de son œuvre : il s'occupera des jeunes en difficulté. Il propose de leur faire le catéchisme, organise des jeux, leur procure pain et travail.

Ce patronage se déplace chaque semaine, avant de se fixer dans un quartier mal famé de Turin, dans une maison louée, puis achetée : la première maison salésienne. Vite, Don Bosco loge les garçons sans abri et ouvre des cours professionnels. Une seconde maison ouvre la même année - nous sommes en 1844 - au sud de Turin. D'autres suivront à partir de 1863, un peu partout en Italie.

Don Bosco se place sous la protection de saint François de Sales et, en 1859, il fonde une société qu'il nomme les Salésiens. Son but : "S'essayer à l'exercice pratique de la charité".

Il consignera les grandes lignes de son système éducatif une vingtaine d'années plus tard, dans son opuscule "Le système préventif". Il exclut en bref tout châtiment brutal et évite les punitions, même légères.

Les dernières années de sa vie, Don Bosco les passent à voyager, pour récolter des fonds. Il meurt en 1888, sera canonisé un demi-siècle plus tard.

Nelly Schumacher
Croire.com